27 mars 2008

"Oubliez mai 68" par Cohn-Bendit

telerama
"Oubliez mai 68" est le titre du grand entretien que Télérama a eu avec Daniel Cohn Bendit : Quarante ans plus tard, Dany le Rouge s’est changé en député vert au Parlement européen. Toujours libre, toujours irrécupérable, toujours un peu provocateur. S’il revient volontiers sur ce qui, pour lui, fut une révolution existentielle menée par une jeunesse en mal de liberté de parole, il prévient : “Discuter sans fin de Mai 68 est souvent une manière d’éviter de parler des problèmes d’aujourd’hui.” A bon entendeur… (Si le lien est brisé, retrouvez cet entretien dans la verison papier du 26 mars 2008)

Sur le site de RTL, voici une présentation de ce que Télérama nous réserve pour les semaines à venir :

Vénéré ou haï, un tel revirement de valeurs mérite réflfl exion. Aussi Télérama y consacre-t-il un numéro spécial (le 26 mars), un Hors-Série (le 2 avril), des récits audio sur telerama.fr (en mai) et une collection de six DVD à partir du 26 mars. Quatre manières de revisiter une date-clé de notre histoire.
Le magazine explorera ce que 68 a révolutionné en matière médiatique – télévision et radio ne seront plus jamais l’image, la voix du maître – et artistique – la liberté entre en scène.Accompagné de l’authentique bande-son des évènements réalisée par RTL, le Hors-Série Mai 68 : l’héritage interrogera, lui, quarante ans après, les grands débats, les grandes problématiques suscités par le mouvement.
Si les soixante-huitards voulaient transformer la société, vivre aimer, consommer autrement, que sont devenues leurs aspirations ?

Que reste-t-il aujourd’hui de Mai 68 ?
Sur www.telerama.fr, ce sera « mai 68 vu par les moins de 40 ans », soit deux témoignages de « jeunes » par jour à podcaster.

Enfin, une nouvelle collection de DVD permettra de décrypter, en images, ce qu’incarna l’esprit de mai. Comment on le pressent, déjà, à travers certaines oeoeuvres ; comment longtemps après, il en inflfl uence d’autres encore. De Au feu les pompiers de Milos Forman à Milou en mai de Louis Malle, en passant par La Salamandre d’Alain Tanner, de Solo de Jean-Pierre Mocky aux Amants réguliers de Philippe Garrel.... voilà la bandeimages du dernier mythe collectif national.
Télérama se propose de vous le raconter sans nostalgie. Avec les dernières avancées des recherches historiques et le recul du temps. Quarante ans déjà. L’âge de la raison.
Fabienne Pascaud, directrice de la rédaction de Télérama
Mai 68, il y a 40 ans, une éternité médiatique...


En 1968, l’ORTF était en grève, télé et radio publiques muettes. Pour vivre en direct, minute par minute les événements du Printemps, les français avaient donc l’oreille collée aux radios « périphériques », Europe 1 et la toute jeune RTL, petite soeur de Radio Luxembourg. Quand on se plonge, comme je l’ai fait, dans les archives sonores de RTL, on perçoit le privilège des journalistes de la station, dirigés à l’époque par Jean-Pierre Farkas. Tout ou presque passe par eux, le Pouvoir Gaulliste et les manifestants dialoguent en direct à l’antenne, la France vit au rythme de leurs reportages, coeoeur battant ou coeoeur serré.  Aujourd’hui encore, mai 68 se regarde sur les clichés en noir et blanc de l’époque, mais avant tout, mai 68 s’écoute, et c’est ce que nous vous proposons de faire avec ce CD inédit des archives de RTL.
Hervé Béroud, directeur de la rédaction de RTL

Posté par civactus à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur "Oubliez mai 68" par Cohn-Bendit

Nouveau commentaire